Cyril Gelblat nous présente son nouveau film “Tout pour être heureux“, une comédie adaptée du roman “Un coup à prendre” de Xavier de Moulins. A l’affiche, Manu Payet et Audrey Lamy dans les rôles principaux. 

Ça parle de quoi ?

Antoine, bientôt quarantenaire, égoïste et insatisfait ne s’est jamais réellement senti investi d’une mission pour s’occuper de ses filles, âgées de 5 et 9 ans.
Infantilisé par sa femme Alice, Antoine n’arrive pas à trouver sa place dans son foyer et décide subitement de la quitter pour une histoire sans lendemain.
Lorsqu’Alice lui confie leurs filles quelques jours par surprise, Antoine va se retrouver sur un continent inconnu. Et alors qu’il était incapable d’assumer son rôle de père à l’intérieur du noyau familial, il va finir par devenir une véritable « mère juive ».
Après avoir quitté sa femme par nostalgie de sa liberté d’antan, le nouvel Antoine va se retrouver confronté à une nouvelle nostalgie, celle de sa vie de famille…

L’opinion de La Luciole

Assez déçue des derniers films dans lesquels on pouvait retrouver Manu Payet, je me suis tout de même laisser séduire par la bande annonce de ce film. Et je n’ai pas été déçue. 

À la base, une histoire des plus classiques. Un couple, deux enfants et une routine qui casse ce bonheur parfait. Du déjà vu n’est ce pas ?
Et pourtant. On se laisse entrainer des les premières minutes dans cette histoire. Manu Payet (Antoine), un producteur de musique qui enchaine les bides et Audrey Lamy (Alice), avocate se déchirent. On ressent leur mal être, leur ennui d’être ensembles, leur tristesse. On s’attache vite à ce Manu Payet émouvant, qui joue enfin un rôle qui lui correspond. Un joli duo de comédiens, rejoint par la sublime Aure Atika qui joue la soeur d’Antoine, une véritable mère juive.
Audrey Lamy nous montre encore une fois l’étendue de son talent, aussi à l’aise dans la comédie que dans le drame. 

Tout au long du film on passe par de multiples émotions. Rire, tristesse, doute, peur. Tout un panel qui nous tient en haleine pendant plus d’une heure trente. Mention spéciale aux deux jeunes comédiennes qui jouent les rôles des deux fillettes, Jaïa Caltagirone et Rafaele Gelblat. La petite Rafaele est craquante à souhait. 

Un très joli long métrage, où l’on se rend compte que pour mieux grandir, il faut communiquer et comprendre ses erreurs. C’est un peu la famille comme tout le monde, qui connait les problèmes de tout le monde. 

Une comédie fraiche et qui fait du bien dans ce monde adepte du “J’aime, J’aime pas”, où il est tellement facile de zapper les gens et les problèmes. A voir sans hésitation. 

Actuellement en salles.