Ce samedi 21 mai, ce sont près de 11 000 personnes qui se sont données rendez vous au Zénith de Toulouse pour le concert des Insus (Ex Groupe Téléphone). 

L’opinion de La Luciole

Après une lutte acharnée il y a quelques mois pour obtenir des billets, écoulés en quelques heures seulement, le Jour J est arrivé.

Il est presque 21 heures, quand Jean Louis Aubert, Louis Bertignac et Richard Kolinka entrent en scène, accompagnés de Alexander Angelov à la basse. Pas de décor, tenues de scène décontractées et trois immenses spots en fond de scène. 

Le concert démarre par la chanson “Crache ton venin”, et un public conquis des les premières notes. Vont suivre une vingtaine de chansons, des tubes les plus connus “Argent trop cher”, “La bombe humaine”, “Ça c’est vraiment toi” ou encore “Cendrillon”. Et d’autres plus oubliées. 

On ressent la complicité et le plaisir que prennent Aubert et Bertignac à jouer ensembles, deux ados qui se retrouvent comme au bon vieux temps. Ça vapote, ça fume… et le public est en transe. Un bel échange avec le public. Et un Richard Kolinka magistral. Un petit regret, que le bassiste ne soit pas plus mis en valeur, il fait le job à la perfection mais un peu trop isolé à mon goût. 

Trente ans plus tard, l’énergie et le talent n’ont pas changé. Sourire aux lèvres et plaisanteries, solo de guitares et de batterie, les Insus n’ont rien perdu et ont toujours 18 ans dans leurs têtes. Ils enflamment le zénith avec “New York avec toi” repris en choeur par une salle conquise.

On en prend plein les yeux pendant près de 2h30, j’ai rarement vu le public en gradins debout aussi longtemps et aussi énergique. On sort de ce concert des étoiles plein les yeux, et on redemande ! Bravo les gars ! 

Crédit Photo et Vidéos : YaDuMondeAuBalcon

Retrouvez Les Insus sur les réseaux sociaux :

Facebook Twitter Site Officiel