François Ozon est venu nous présenter son nouveau film “Frantz” accompagné de l’acteur Pierre Niney. Au casting on retrouve Paula Beer, Cyrielle Clair, Marie Gruber, ou encore Ernst Stötzner.

Ça parle de quoi ?

Au lendemain de la première guerre mondiale, dans une petite ville allemande, Anna se rend tous les jours sur la tombe de son fiancé, mort sur le front en France. Mais ce jour-là, un français est venu, lui aussi, fleurir la tombe de son ami allemand.

L’opinion de La Luciole

Ce sont plus de 600 personnes qui se sont données rendez vous ce mardi soir au Gaumont Wilson de Toulouse. François Ozon, accompagné de Pierre Niney nous présente son dernier film “Frantz”. 

Je ne suis pas une grande adepte des films qui se déroulent en période de guerre mondiale, et encore moins des films en noir et blanc. Je me suis donc laissée tenter uniquement par la présence au casting de Pierre Niney, toujours magistral dans les rôles qu’il incarne. 

Et pour être honnête je ne sais pas vraiment quoi en penser. Est ce que j’ai aimé, ou est ce que je me suis ennuyée. Difficile à dire. Au départ l’histoire parait plutôt simple, très, voir trop prévisible. Et pourtant, François Ozon à ce talent de mêler simplicité et intrigue. Pendant plus d’une heure on se laisse prendre par des situations, des gestes, des regards, qui nous laissent croire que le film est justement bien trop prévisible.

L’histoire met longtemps à s’installer, et il se passe véritablement quelque chose à la moitié du film, quand Adrien (Pierre Niney) dévoile son secret à Anna (Paula Beer). Cette scène, de nuit, dans le cimetière est d’ailleurs une des scènes les plus touchantes et les plus fortes du film. La découverte et la révélation de ce secret va d’ailleurs véritablement relancer le film et amener un peu d’action, qu’il manque cruellement dans la première partie. 

Cependant, François Ozon, comme toujours, nous offre un très grand film sur le mensonge et la manipulation. Pierre Niney, déjà incroyable dans “Un homme idéal” nous prouve encore une fois toute l’étendue de son talent. Et Paula Beer, cette jeune actrice allemande au visage angélique, est une vraie révélation malgré la complexité de son personnage. 

Je reste cependant sceptique, et pas vraiment convaincue, par le choix du noir et blanc et des quelques scènes en couleur. François Ozon nous expliquant lors du débat après le film qu’il n’y avait pas de logique quand aux scènes en couleur. 

J’aurai aimé, comme l’a suggéré un spectateur, que les scènes en couleurs soient des scènes heureuses, ou bien exprimant des souvenirs. Sans logique, j’aurai apprécié que le film soit donc totalement en noir et blanc.

En résumé, c’est encore un Très Grand Film du réalisateur François Ozon, basé sur le mensonge et l’intrigue. Pierre Niney et Paula Beer sont magistraux et dégagent une maturité impressionnante. Un peu trop long à mon goût et quelques longueurs sur des scènes qui auraient pu être évitées. C’est malgré tout un très beau film d’après guerre, qui nous rappelle à quel point l’horreur et le malheur ont pu toucher la France et l’Allemagne.

Sortie en salles le 7 septembre 2016