22555358_10155815233220630_2924054921805165772_oVainqueur de nombreux festivals d’humour, Terry Cometti compte déjà 03 spectacles à son actif. 
Habitué des premières parties de Anne Roumanoff et Anthony Kavanagh, il présente aujourd’hui son nouveau one-man-show “Ange ou Démon“. 

Le pitch  Terry Cometti prouve que dans la vie de tous les jours, on a tous des périodes “Anges” et des périodes “Démons” que nous provoquons ou que nous subissons.

Plus de 01h15 de “sketchup” (mélange de sketch et stand up) sur un ton percutant, où l’improvisation, l’interactivité et l’autodérision s’invitent au spectacle pour épuiser vos zygomatiques. Terry seul en scène vous démontre qu’avec lui, le couple, l’amitié, la paternité, la politique, l’adolescence, l’actualité, c’est pas toujours drôle, c’est à mourir de rire ! 

L’opinion de La Luciole  Sous ses airs de gendre idéal, c’est le côté “Ange” de Terry Cometti que l’on remarque au premier coup d’oeil. Mais à y regarder de plus près, le côté “Démon” ne demande qu’à s’exprimer. 

Maniant habilement un texte ciselé pour aborder des thèmes fédérateurs comme l’amour, la famille, l’amitié, Terry Cometti est aussi un vrai Maitre de l’interactivité avec les spectateurs. 

En quelques secondes le public lui est acquis, du plus jeune au plus âgé, chacun en prend pour son grade. Et on adore ça ! Improvisateur hors pair c’est un vrai plaisir de l’écouter nous raconter des scènes de la vie quotidienne. 

Le départ en vacances avec son jeune enfant nous rappelle forcément nos souvenirs de famille, avec ce fameux morceau enfantin que l’on écoute en boucle pendant 500 kilomètres. Le passage sur les superstitions est également très drôle : la peur du chat noir nous dit-il “pour une fois que les noirs ont de la chance !” Éclat de rire général ! 

Le Bel Ange qui nous parle des femmes laisse place ensuite au redoutable Démon qui nous fait mourir de rire avec son sketch sur les Présidents français et surtout américains. 

En résumé → De sketchs en brèves de comptoir ce spectacle est une vraie bulle de bonheur. Un public conquis qui a réservé une belle ovation à ce comédien qui confesse avant de quitter la scène que Henri Salvador lui a donné l’envie de monter sur les planches en tant qu’humoriste.