Le pitch → Christian, scientifique visionnaire, étudie les oies sauvages. Pour son fils, adolescent obnubilé par les jeux vidéos, l’idée de passer des vacances avec son père en pleine nature est un cauchemar. Pourtant, père et fils vont se rapprocher autour d’un projet fou : sauver une espèce en voie de disparition, grâce à l’ULM de Christian ! Commence alors un incroyable et périlleux voyage…


En salle le 9 octobre 2019

Donne-moi des ailes”, inspiré de la véritable histoire de Christian Moullec nous raconte comment un père et son fils, séparés par la vie, vont finalement se rapprocher autour d’un projet totalement fou : sauver une espèce en voie de disparition.

Ces oies naines, qui, chaque matin, survolent étangs et marais, Christian (Jean-Paul Rouve) a décidé de les arracher au destin qui les menace. Pour cela il a décidé de tout quitter pour s’installer dans un mas de Camargue en pleine nature, au beau milieu des oiseaux.

C’est là qu’il échafaude alors son plan, en secret, flirtant avec l’illégalité.
Une idée folle : habituer des oisons, dès la couveuse, au bruit d’un ULM et à sa présence, pour, un jour, voler avec eux et leur faire emprunter une toute nouvelle route migratoire, à l’abri des dangers
En poursuivant ce rêve quasi obsessionnel, Christian doit également affronter l’hostilité de son fils, Thomas (Louis Vazquez), dont le paysage se limite, comme bon nombre de jeunes de son âge, à son écran d’ordinateur.

“Les jeunes ne regardent plus de leurs propres yeux. Ils regardent tout à travers leurs écrans. Je trouvais ça particulièrement intéressant de montrer le personnage de Thomas qui n’a pas du tout envie de passer des vacances loin de la ville, loin des jeux vidéos et des réseaux sociaux et en vient finalement à découvrir autre chose” nous explique le réalisateur Nicolas Vanier.

L’adolescent rebelle finira en effet par se laisser émouvoir par ces oiseaux qui s’entichent alors de lui au point de le prendre pour leur mère. S’en suivront alors des aventures périlleuses qui le mèneront à prendre d’énormes risques qui donneront de sacrées frayeurs à ses parents, notamment à sa mère brillamment interprétée par la trop rare Mélanie Doutey

“Nous n’héritons pas de la terre de nos ancêtres, nous l’empruntons à nos enfants”.

C’est sur cette citation apocryphe (attribuée à Saint-Exupéry), prononcée en voix off par le jeune héros du film, que se termine ce nouveau long-métrage de Nicolas Vanier.

Parce qu’au-delà des magnifiques images de nature dont le réalisateur a le secret (garanties sans aucun effet spécial numérique !), tournées entre les marais de Camargue, les grandes étendues sauvages de Norvège en passant par les Hauts-de-France et la Sologne, c’est une véritable démarche écologique qui est à l’origine de ce projet.

“Les scientifiques s’accordent entre eux. Il faut changer les choses maintenant. Même si ce n’est pas un film politique, cela fait passer l’idée qu’il faut faire quelque chose pour la nature. Je n’ai pas envie de me réveiller un matin sans entendre un oiseau chanter parce qu’ils ont tous disparu. Et cela risque d’arriver. Cela va vraiment arriver si nous ne faisons rien”.

Donne-moi des ailes” est un film utile, à voir en famille. A la fois drôle, tendre, et élégant, Nicolas Vanier y pousse un véritable cri d’alarme. Comme un nouvel éveil des consciences.